Omar Pène

Musique Africaine

Discographie

Omar pène

Biographie

Le style d’Omar est brut, sa musique ancrée dans l’expression populaire de la rue. Il s’est en effet toujours placé du côté des jeunes, originaires des grandes banlieues ou des quartiers pauvres, des étudiants, des chômeurs et des paysans. Encore aujourd’hui, il incarne l’espoir, l’avenir en cultivant la proximité avec son public. Sur le terrain, ce sont ses fans qui lui répondent : organisés depuis 1989, ils oeuvrent à travers l’Afsud (l’Amical des Fans du Super Diamono – le Super Diamono est le groupe qui a suivi Omar Pene durant 30 ans), en faveur de l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens. L’impact du groupe n’a alors de cesse de s’élever, d’abord auprès de la jeunesse dakaroise, mais ensuite du public international, lorsque avant de se voir attribuer une « Kora d’or » à Johannesburg en 1998, Omar Pène est sacré « Meilleur musicien africain » aux Etats Unis par CFTV. « Dans les années 70, la musique était dominée par les griots, les louanges, nous voulions nous démarquer avec des thèmes plus engagés » dit Omar Pène lorsqu’il raconte les débuts du M’balaax, mélange de rythmes Ouest africains et de jazz, d’instruments traditionnels et électriques, dont il demeure à ce jour le meilleur représentant. Sa voix est reconnue comme l’une des plus belles de la world music. Son style mélangeant aux sonorités sénégalaises du M’balaax, des rythmes de blues, de jazz, de reggae et de salsa, font de lui un artiste de succès, désormais entré dans la légende des grands du Sénégal et de l’Afrique en général. Youssou N’Dour, son grand « rival », dit de lui qu’il est « la légende vivante de la musique africaine».
NDAYAAN – NOUVEL ALBUM
Fidèle aux engagements qu’il a pris depuis maintenant de nombreuses années, Omar Pene prend une fois de plus la défense des jeunes générations avec ce nouvel album. Sorti en décembre 2011, Ndayaan nous conte la misère des enfants pour « donner la leçon aux grands », ceux qui ont fait de ce monde une société pleine de paradoxes et qui en ont sacrifié leur descendance. Un opus au regard universel, constat d’une situation que l’on retrouve en Afrique bien sûr, mais aussi sur les autres continents. Et parce que ce constat peut aussi bien être exprimé verbalement que musicalement, Omar Pene a choisi de reprendre la recette qui avait fait le succès de « Ndam », son album précédent sorti en 2009 : sa propre fusion Mbalaax.

Espace écoute

Musique

Musique Africaine

Photographie

Galerie

Passé et futur

Concerts